samedi 7 décembre 2013

300 000 kilomètres/seconde de Stéphane Réthoré

©Etienne Bolo

300 000 Kilomètres /Seconde est un court métrage de 18 minutes, réalisé par Stéphane Réthoré (Co-scénarisé avec Sylvain Blanchot).
L'avant première a eu lieu le 30 novembre dernier, à Paris et a rassemblé 195 personnes. venues découvrir le travail de l'équipe. 

Nous avons eu la chance de pouvoir découvrir le film et d'échanger avec le réalisateur autour de ce projet.
Le synopsis : Paris, 1956. Lucien Lacroix (interprété par Thomas Cousseau), inventeur, a repris les recherches de son défunt père et a créé une montre permettant de voyager dans le temps. Décidant de partir pour Genève afin de faire breveter son invention, il est suivi par deux mystérieux individus...


Cliquez sur l'image pour voir le trailer

Le film retranscrit parfaitement le Paris du milieu des années 50, avec un soupçon de Super Science*. On y retrouve l'ambiance des vieux films noirs,  le jeu des acteurs et la façon de filmer sont en adéquation avec l'époque dépeinte. L'équipe a œuvré pour que nul anachronisme n’apparaisse : les costumes, les décors, les automobiles et accessoires... rien n'a été laissé au hasard.

Ce court métrage est une agréable surprise dans un paysage cinématographique français qui avait quelque peu délaissé les genres SF et Fantastique. On se rapproche ici des univers de Barjavel ( Le voyageur imprudent) et de H.G Wells (La machine à explorer le temps), avec un clin d’œil au cinéma de Michel Audiard (Les tontons flingueurs) et de la grande époque du cinéma français des années 50 en général.
 
A noter que ce projet est le pilote d'un long métrage en préparation, dont on attend impatiemment la sortie. Vous en saurez plus en lisant l'interview du réalisateur Stéphane Réthoré.

*Super Science : Science très en avance sur son époque, popularisée dans les récits Pulp du début du XX siècle.

Lord Kavern

1 commentaire:

  1. Une captivant histoire de voyage dans le temps bien amenée. Belle reconstitution sur la période année 50, avec des acteurs convainquant. L'ensemble bénéficie d'une réalisation de qualité, décors, musiques, effets spéciaux, rien n'est laissé au hasard. Perso je suis un peu resté sur ma faim, j'attendais la séquence suivante avec envie, quand défila le générique de fin. J'aurai vraiment aimé savoir ce qui arrive au héros, où l'entraîne la suite de ses aventures.

    RépondreSupprimer